Qu’est-ce qu’un alambic et à quoi sert-il ?

L’alambic est un outil destiné uniquement à un usage professionnel sauf pour les amateurs dans la fabrication d’huiles essentielles issues de plantes. Son utilisation est réglementée, en France. Ce sont les industries spécialisées dans la distillerie qui l’emploie.

Même si la réglementation interdit son utilisation par un particulier, on trouve des offres de location et de vente de ce genre de matériel.

Composition du matériel

L’alambic est complexe. Il embarque plusieurs éléments qui ont chacun leurs fonctionnalités :

  • La chaudière : appelée aussi marmite ou cucurbite, elle est chauffée soit au bain-marie soit au feu ;
  • Le chapiteau : il est en forme d’oignon et surmonte la chaudière ;
  • Le col de cygne ;
  • Le serpentin : il est contenu dans un bassin réfrigérant qui est le condenseur ; certains modèles abritent un système de réchauffe-vin et d’une colonne de distillation. Le serpentin est le lieu où les vapeurs d’alcool se condensent.

Sachez que pour un amateur, la détention de cet appareil est strictement interdite, que ce soit un alambic en cuivre ou en verre. Mais s’il vous est indispensable pour la distillation de vos plantes, vous devez effectuer une déclaration à la douane et disposer d’un statut de bouilleur ambulant/distillateur.

Pour un usage simple et temporaire, un alambic de 10 à 30 litres de contenance devrait convenir.

Les types d’alambic

Parmi les nombreux types d’alambic, en voici quelques-uns qui sont d’ailleurs les plus utilisés :

  • L’alambic à colonne ;
  • Le pot still ou le modèle traditionnel ;
  • L’alambic hybride ;
  • Le Lomond still ;
  • Le Coffey still…

En dépit de la diversité des alambics, l’intérieur et le rôle de chaque élément constitutif restent les mêmes.

L’alambic en verre

La distillation à chaud, la technique traditionnelle, nécessite un gros volume d’énergie pour faire bouillir un mélange à 80 °C. C’est la seule manière d’obtenir les vapeurs d’alcool.

On a trouvé une alternative qui permet de réduire les coûts d’énergie, sans le risque de perdre les molécules sensibles à la chaleur : la distillation à froid. C’est ici qu’intervient l’alambic en verre. Ce matériau, bien qu’il constitue les modèles d’alambics depuis des siècles, est plus approprié à la distillation à froid.

Le procédé à froid instaure une pression atmosphérique faible ; les arômes sont préservés. L’économie d’énergie est mieux maîtrisée puisqu’à un peu plus de 30 °C, les notes de cuisson sont déjà apparentes.

L’alambic en cuivre

Le cuivre est un matériau qui est parfaitement adapté aux rôles de l’alambic. Il résiste à la corrosion, est un bon conducteur de chaleur, est facile à modeler dans le processus de fabrication.

Le cuivre est aussi utilisé dans la distillerie grâce à ses capacités d’éliminer les substances sulfurées volatiles qui se trouvent dans l’alambic. En revanche, il favorise les esters qui ramènent les arômes au mélange.

Le contact entre le cuivre et la préparation lors de la condensation est idéal pour obtenir un distillat fruité et léger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *