Tout savoir sur le vin : les conseils pour les débutants

Pourquoi le vin est-il rouge ou rosé ? Comment le conserver ? Il n’est pas toujours nécessaire de suivre des cours d’œnologie pour connaitre les bases du vin et mieux comprendre les techniques de vinification, les cépages et autres termes techniques bien souvent utilisés dans le monde du vin. Amateurs de grands crus aux fines papilles, voici tout ce qu’il a à savoir sur le vin !

Pourquoi la couleur du vin diffère-t-elle les uns des autres ?

Pourquoi il y a du vin rouge, du vin rosé et du vin blanc ? Qu’est-ce qui explique ces nuances de couleurs ? Déjà, il faut savoir que la couleur du vin ne dépend pas, comme on pourrait le penser, de la couleur du cépage ou plus précisément de la variété de raisin utilisée pour sa fabrication. En effet, le jus extrait des raisins est toujours blanc, qu’ils soient blancs ou rouges. En réalité, c’est la qualité de la macération des peaux de raisins utilisés dans le jus de fermentation qui influe grandement sur la couleur du vin. Les anthocyanes, des pigments solubles que l’on retrouve dans la pellicule des raisins, donnent notamment la couleur rouge au vin et d’autres facteurs tels que la vinification, la teneur en sucre ou le cépage agissent ensuite sur l’intensité de la couleur du vin. Aussi, le vin rosé n’est absolument pas un assemblage de vin rouge et de vin blanc, mais résulte plutôt d’un temps de macération court des raisins et le vin blanc n’est pas issu de la macération de seulement de quelques grappes de raisin blanc.

Pourquoi le goût du vin diffère-t-il les uns des autres ?

Avant de comprendre pourquoi certains vins sont plus sucrés que d’autres, il faut commencer par connaitre ses principaux composants. Les bouteilles de vin se constituent de 85 % d’eau, de 12 à 16 % d12 à 16 % d’alcool, mais aussi du sucre (glucose et fructose), des acides (tartrique, acétique, malique, etc.) ainsi que divers composés phénoliques (tanins, anthocyanes). À cela s’ajoutent des substances minérales et des métaux (chlore, phosphore, soufre, etc.) et des substances organiques. Pour en revenir au goût si singulier du vin, notamment des vins moelleux et des liquoreux, on se surprend souvent à ressentir un petit arrière-goût sucré à chaque gorgée. Ce n’est pas tant que le vigneron rajoute du sucre dans ses fûts lors de la préparation, le processus est naturel. En effet, lors de la fermentation, le sucre des raisins se transforme en alcool et si pour les vins secs, l’ensemble du sucre est transformé en alcool, ce n’est pas toujours le cas des moelleux où il reste parfois du sucre résiduel. À cela s’ajoute le sucre naturel des raisins et on se retrouve avec un vin nettement plus sucré que d’autres.

Enfin, en ce qui concerne la conservation du vin, il est intéressant de rappeler que ceux qui n’ont pas de caves à vins chez eux devront s’assurer de garder la bouteille bien fermée, avec le bouchon humide pour ne pas l’assécher et qu’il perde ainsi de son hermétisme. Reste ensuite à garder la bouteille dans un endroit sec et à une température oscillant entre 12 et 13 °C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *